L’Observatoire de la Souveraineté Alimentaire et de l’environnement- OSAE a organisé la deuxième édition de son événement annuel Les Journées de la Souveraineté Alimentaires et de l’Environnement (JOSAE2019) du 03 au 07 décembre 2019,  portant le slogan :

« Changements Climatiques Souveraineté Alimentaire, mêmes combats mêmes ennemis »

Les JOSAE, conçues comme un « Moment » annuel d’échanges, de discussions, de sensibilisations…, visent cette année (2019) à croiser les problématiques des changements climatiques et leurs enjeux écologiques, alimentaires, économiques, sociaux et politiques, avec celles des politiques agricoles dominantes et des dépendances alimentaires qu’elles créent et consolident.

JOSAE2019 – Photo de groupe. Photos crédits Riva Ernest (OSAE), sauf indication contraire.

L’ouverture des JOSAE2019 a eu lieu le 03 Décembre 2019, à la maison de la culture 20 Mars de la Cité Sidi Hssine-Sijoumi. Après l’accueil des participant.e.s, l’équipe a présenté OSAE, ses objectifs et ses différentes activités ainsi que le contexte général de cet évènement annuel avant de donner les détails du programme des JOSAE2019.

Imen Laabidi, du réseau enfant de la terre ( RET ), a commencé la première activité par une présentation sur l’importance écologique, notamment pour les oiseaux migrants, de la zone humide « Sebkhat Essijoumi ». Elle a aussi mis le point sur le rôle central de l’activité agricole paysanne autour du lac dans la protection de ses caractéristiques écologiques menacées par l’intention des autorités publiques de créer un projet d’investissement immobiliers et par la pollution et les conséquences attendues du changement climatique en cours.

Après une courte discussion qui a suivi l’intervention, les participant.e.s ont pu visiter les environs nord de la Sebkhat dont certaines exploitations agricoles aux alentours.

Dans la région « Gatâaya » proche de Ghar el Melh situé sur la coté entre Tunis et Bizerte, la première journée a continué chez le paysan « Ali Garci ».

La région est caractérisée par une technique très particulière de culture sur des petites parcelles de terre aménagées sur le lac salé alimenté par la mer. Le paysan a présenté cette technique très ancienne qui est menacée par l’élévation du niveau de la mer, les pluies torrentielles aggravées par les changements climatiques. Il a aussi abordé les techniques et les pratiques paysannes de résistance aux dérèglements en cours.

La discussion sur l’impact du modèle économique extractiviste, à l’origine, au moins en partie, des dérèglements climatiques en cours, sur la biodiversité et l’équilibre des écosystèmes était le thème de la première activité de la deuxième journée, avec la visite de la réserve naturelle d’Ichkeul. Jamel el May (chercheur au parc national d’Ichkeul) et Abdelmajid Dabbar (président de l’association Tunisie Ecologie) ont exposé la richesse de la biodiversité de l’ensemble de la réserve composée du lac et de la montagne Ichkeul, tout en explicitant le déséquilibre écologique due à la construction de 3 grands barrages sur les cours d’eau qui alimentent le lac en eau douce. Le lac étant naturellement salé l’été et « doux » l’hiver grâce à l’apport de l’eau des pluies devient de plus en plus salée ce qui se traduit par d’importants changements de la biodiversité locale.

Crédits : Mondher SaoudI.

Crédits : Mondher SaoudI.

Par la suite les participant.e.s ont été accueilli.e.s à l’Ecole Supérieur d’Agriculture de Mateur- ESA Mateur où s’est déroulé la seconde partie du programme. Le Directeur de l’ESA Mateur, Mr Tibaoui Gouider a commencé par mot d’accueil et a insisté sur l’importance des réflexions et des débats sur les problématiques de la dépendance alimentaire dans un contexte de dérèglements climatiques en rappelant le rôle de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique dans l’étude et l’analyse de ces questions.

Après le mot de l’ouverture, Habib Ayeb, président de OSAE, a donné une conférence sur le thème « Quel politique agricole face aux changements climatiques ? ». Il en a profité pour s’interroger sur le rôle de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique agronomiques dans les débats sur les conséquences écologiques, sociaux et économiques des politiques et des choix agricoles dominants.

Cette conférence, précédée par une présentation de l’OSAE et ces différents axes de travail, a été suivie par la projection du film documentaire « Couscous, Graines de la dignité » (H Ayeb 2017) et par un débat ouvert et particulièrement enrichissant avec les étudiant.e.s présent.e.s. La réactivité des étudiant.e.s de l’ESA Mateur était remarquable, et les débats se sont élargies à l’ensemble des thèmes et des problématiques liés aux politiques agricoles, aux changements climatiques et même à la place et la responsabilité de l’ingénieur face à ces problématiques complexes et nombreuses, dont la souveraineté/dépendance alimentaire, environnement, climats.

La dernière journée des visites sur le terrain était dédiée à un focus sur l’agriculture paysanne basée sur l’utilisation des semences locales de céréales.

La première étape a été une visite de la boulangerie de Nabil Marzouk à Tebourba, sur la vallée de la Medjerda, à l’ouest de Tunis, qui fabrique du pain avec des variétés locales de céréales. Nabil a d’abord exposé son expérience et parler de ses stratégies pour s’approvisionner en céréales locales.

Crédits : Mondher SaoudI.

Crédits : Mondher SaoudI.

La nécessité de retrouver, protéger et reproduire les anciennes variétés pour réduire la dépendance alimentaire a été le sujet d’une riche discussion avec un autre paysan, Lassad ben Salah qui nous a reçu dans sa ferme à Jedaida, Mannouba. Evoquant les questions climatiques, Lassad et sa famille ont insisté sur l’irrégularité des précipitations, aggravées par les changements climatiques, et ses conséquences, dont les perturbations du calendrier agricole.

Crédits : Mondher SaoudI.

Crédits : Mondher SaoudI.

JOSA219-3jour-4

Crédits : Mondher SaoudI.

OSAE a appelé le quatrième jour des JOSAE2019, le vendredi 06 Décembre 2019 à 15h30 devant le théâtre municipal de Tunis, à une manifestation “changeons le système, protégeons le climat” pour réclamer des politiques publiques, agricoles et sociales qui prennent sérieusement la question des crises climatiques et qui soutiennent les paysan.e.s, les victimes du changement climatique,et pour plus de justice sociale et climatique.

Le rassemblement été empêchée pour des raisons sécuritaires quelques minutes après son début. OSAE a décidé de reporter cet événement pour une date ultérieure dans un communiqué publié le jour même.

Crédits : Najma Rehouma

Le dernier jour des JSOAE 2019, le samedi 07 Décembre 2019, OSAE a organisé, à la cité de la culture à Tunis, une rencontre de débats sur les origines et les impacts des changements climatiques et les mobilisations engendrées.

Quatre communications ont été faites pour ouvrir le débat :

Heythem Guesmi : « les origines physiques, biologiques et politiques des changements climatiques ».

Houria Et-Touile : « Changements climatiques et dépendance alimentaire en Afrique du nord ».

Amira Hadj Rehouma : « Nouvelles stratégies de communication face aux changements climatiques ».

Habib Ayeb : « Quoi faire, face aux changements climatiques ? »

Les JOSAE 2019 ont été clôturées avec un événement « portes ouvertes » aux locaux de l’OSAE à Tunis avec une exposition photographique qui illustre l’expérience de l’équipe de OSAE durant toute l’année précédente riche de rencontres et d’échanges avec des paysan.ne.s de toute la Tunisie.

Ernest, photographe et chargé de communication au sein de OSAE a travaillé sur la conceptualisation et la réalisation de cette exposition.

Crédits : Najma Rehouma

Crédits : Najma Rehouma

Crédits : Najma Rehouma

Dernières nouveautés de notre blog