Il est des évènements naturels ou non qui marquent l’histoire et la mémoire collective, pour des raisons particulières liées, généralement, soit aux processus et phénomènes qui en sont à l’origine, soit aux conséquences, souvent dramatiques, qui impactent plus ou moins durablement l’espace et/ou la société : les tremblements de terre, les tsunamis, les inondations et les sécheresses, les épidémies, les guerres et les divers mouvements sociaux, etc., ne sont que des exemples les plus évidents parce que visibles et audibles.

D’autres peuvent, si l’on n’y prend garde, s’inscrire dans la mémoire collective seulement comme un simple moment relativement court avec un déclenchement, un pic et une chute et dont les conséquences, parfois dramatiques, ne sont « visibles » que pendant un temps précis avant que le rideau de l’oubli ne tombe comme l’évidence la plus absolue.

Covid-19 est un exemple particulièrement parlant et significatif de ces phénomènes. Certes, cela ressemble à beaucoup d’égards à une sorte de grippe violente, sans l’être réellement.  C’est, du reste, comme cela que cette maladie a été présentée dans un premier temps : une grippe particulière qui menace particulièrement les personnes âgées et celles souffrant de maladies de longues durées, telles que le diabète ou les problèmes cardiaques

Mais de quoi le covid-19 est réellement le nom ?

Coronavirus décembre 2019 (Covid-19), signalé d’abord en Chine dans la région Wuhan, qui est un centre névralgique de l’économie chinoise et même mondiale, est un nouveau type du virus Corona déjà connu depuis quelques années. Les scientifiques et autres spécialistes en diraient bien davantage ; mais ce n’est pas le cadre ici, et ce n’est pas forcément ce qui intéresse le simple citoyen plus concerné par le pourquoi du virus et surtout de la pandémie, qui ne semble épargner personne, même si, comme toujours, les plus démunis en seront forcément les victimes les plus nombreuses.

En effet, la pandémie a quelque chose de particulier du fait qu’elle ne correspond pas à une catastrophe naturelle comme un tremblement de terre, une forte tempête ou un tsunami. Ces trois derniers cas, tous forcément localisés, ne peuvent toucher que les populations, plus ou moins nombreuses, qui vivent et/ou fréquentent le lieu de l’événement. Certes, les victimes peuvent parfois compter par centaines de milliers, mais l’impact direct sur le reste du monde reste réduit : quand un tremblement de terre se produit en Iran, il ne fait pas de victimes directes en Tunisie.

Par ailleurs, ces évènements qui peuvent être dramatiques sont le produit des mécanismes extrêmement complexes liés au fonctionnement global de l’univers : les vents, les plaques géologiques, les marées, que les scientifiques arrivent à expliquer mais que rien ne peut être entrepris pour empêcher leur avènement. On sait que ça arrivera et la seule chose qu’on peut envisager concerne la limitation des dégâts prévisibles, des moyens comme les constructions antisismiques ou des systèmes de secours relativement efficaces et effectifs déployables en situation de crises humanitaires.

Vu sous cet angle, la pandémie covid-19 n’est pas une situation humanitaire causée par un événement qui échappe à toute prévision ou « contrôle » préalable. La pandémie qui affole la planète entière, et dont le bilan humain sera exceptionnellement lourd, très lourd, est directement induite par le modèle de production néolibéral, extractiviste, intensif et basé sur le principe criminel de la supériorité de l’homme, surtout l’homme blanc, sur la nature.

L’exemple le plus connu de l’aveuglement général et, surtout, de la dimension criminelle du modèle économique dominant est, incontestablement, celui de la disparition catastrophique des abeilles. Personne ne l’ignore, pas même les plus sceptiques. Mais l’irresponsabilité collective c’est de croire que le « monde » peut vivre sans les abeilles et que la nature ne pourrait pas réagir à la disparition de l’un des maillons les plus importants de sa chaine écologique et à la rupture extraordinairement rapide des équilibres naturels. Personne n’ignore ce phénomène visible pour le commun des mortels, parce que l’abeille est visible à l’œil, ce qui permet de se rendre compte facilement de son absence ou de sa présence, d’en faire le comptage précis et, même, de la multiplier en lui créant les conditions nécessaires à sa fixation et reproduction.

Le problème avec un virus est qu’il est totalement invisible à l’œil nu. C’est de l’infiniment petit qui inquiète, passionne, intrigue … Pour paraphraser Bachelard, l’infiniment petit peut faire infiniment peur ; et c’est précisément le cas avec tous les virus, et particulièrement ceux qu’on identifie, qu’on nomme, qu’on décrit, qu’on peut suivre et dont on peut cartographier les dégâts, comme avec la pandémie Covid-19. La grande différence entre l’abeille et le virus, c’est que celui-ci reste totalement inconnu et qu’on ne le connaît qu’à travers ce que les experts veulent bien nous en dire, ce qui n’est pas le cas avec les abeilles. Tout ce qu’on ne connaît pas, fait peur et cette peur peut parfois concerner l’autre qu’on ne connaît pas et qui peut être source de danger. A tort ou à raison, on pense pouvoir se défendre contre un étranger, un animal sauvage, une tempête, … Mais on ne sait pas comment se protéger contre un virus. Ceci explique le fait que beaucoup traitent la grippe avec des antibiotiques alors qu’ils ne sont d’aucun effet sur un virus. C’est un peu comme utiliser un tissu ordinaire pour se protéger contre une balle de fusil, ou un mouchoir en papier contre la pluie.

Ne pas connaître un « ennemi », réel ou imaginaire, est une évidente source d’inquiétude ; ne pas savoir comment se protéger est une source de panique parfois incontrôlable. La solution peut être la négation et le refoulement. Ne peut exister que ce que je peux voir. La disparition d’une abeille est une réalité, la présence d’un virus reste de l’ordre de l’abstrait, de l’inimaginable et donc sans importance. La destruction de la nature par l’activité humaine fait disparaître l’abeille. Qu’on la regrette ou qu’on la considère comme une fatalité incontournable, voire indispensable prix du développement, peu de gens peuvent nier cette disparition. Mais quand la même destruction de la nature crée les conditions nécessaires à la « naissance » d’un virus, personne ne s’en rend compte immédiatement et le virus ne se fait visible aux spécialistes qu’en provoquant des évènements, plus ou moins sensibles, qui attirent l’attention des experts et des scientifiques curieux ou alarmés par l’événement.

Ainsi, il n’est pas surprenant que les gens se posent presque tous les mêmes questions : D’où vient le virus ? Pourquoi maintenant ? Pourquoi il n’existe aucun traitement préventif (un vaccin) ou curatif ? Pourquoi on n’arrive pas à en empêcher l’extension malgré tous les moyens humains, scientifiques, financiers et politiques dont on dispose ? Cela fait déjà des semaines qu’on entend les mêmes questions et les mêmes interrogations, sans vraiment entendre des réponses précises et convaincantes, à part quelques théories complotistes stériles, ou quelques tâtonnements peu convaincants. En réalités des réponses à de telles questions demandent davantage de recul et donc forcément plus de temps.

Considérer une échelle de temps plus longue, couvrant plusieurs années, permettrait d’avancer quelques réponses provisoires relativement solides, aux vues des connaissances scientifiques actuelles et de quelques hypothèses fortes qui mériteraient de l’attention et de l’effort de synthèse et d’analyses.

La nature ne cède jamais, elle se reproduit…

Partout, autour de nous, on a des preuves de la capacité de la nature à reprendre ses droits au moment et à l’endroit « choisis ». Les brins d’herbe qui apparaissent tel un miracle à travers l’asphalte et le béton, les herbes qui réapparaissent dans des prairies ou autres terrains « abandonnées » après des années et des années d’absence pour cause de traitement chimiques (engrais, pesticides…), des animaux qui reviennent dans des régions qu’ils avaient désertées des années plus tôt, l’ancien olivier millénaire qu’on croyait mort et qui reprend vie en donnant naissance à une petite pousse … et la rivière contenue, détournée, soumise, invisibilisée et, parfois, oubliée … qui se réinstalle avec fracas dans son lieu « naturel », dès que les systèmes de rétention viennent à céder par vieillesse, manque d’entretien ou force d’une crue inattendue …, ne sont-ils pas une démonstration flagrante de l’invincibilité de la nature et de sa capacité illimitée de résilience qui échappe aux calculs et aux modèles mathématiques les plus sophistiqués ?

Peut-on penser une seule seconde que la place des abeilles qui disparaissent, resterait éternellement vide ? Et si la disparition des abeilles expliquait la naissance d’un certain nombre de virus et d’autres microbes plus ou moins dangereux ? Pourquoi s’interdirait-on de penser que l’usage intensif des produits chimiques dans l’agriculture, tels que les pesticides, les phytosanitaires, les engrais chimiques et autres antibiotiques massivement utilisés dans les élevages intensifs …, qui détruisent les conditions de vie des abeilles, ne produisent pas en même temps les conditions d’apparition de nouveaux virus. Le corona virus n’est-il pas l’un des nombreux « héritiers » possibles des abeilles ?

Pendant des années et des décennies, on s’est interdit, avec souvent l’appui d’experts généreusement rémunérés par les fabricants de ces produits-poisons, de voir l’évidence des liens entre l’agriculture capitaliste intensive et la disparition des abeilles, comme de plusieurs autres espèces animales et végétales. Combien de temps nous faudra-il pour voir le lien entre l’accélération extraordinaire de la disparition du « vivant » et l’apparition de nouvelles pandémies incontrôlables et visiblement d’ampleurs inconnues ?

Toutefois, la peur ne vient pas uniquement du fait que l’on ne connaisse pas le virus, et qu’on n’arrive même pas à imaginer à quoi il ressemble, ce qui est assez logique, mais de l’absence d’une arme efficace pour l’empêcher de nuire, et pour cause ! Le virus « n’existait » pas avant le début de l’attaque. Personne ne le connaissait. Tout le monde, y compris des chefs d’Etats et d’autres hauts responsables politiques et scientifiques parlent d’une guerre contre un « ennemi inconnu » ! Quoi de plus fort pour réveiller les réflexes de peur, de défense ou de protection face au danger imminent ? Un ennemi, inconnu, invisible, qui se déplace d’une manière incontrôlable, se diffuse à des vitesses insoupçonnées et peut passer à travers toutes protections imaginables, etc., impose forcément des précautions jamais expérimentées auparavant à de telles échelles. On doit supprimer les habitudes les plus communes : on ne serre plus la main pour dire bonjour, on n’embrasse plus un ou une proche, on ne prend plus dans ses bras celui et celle qu’on aime, qu’on console, qu’on retrouve ou à qui on doit dire au revoir pour un jour ou pour toujours … On ne s’amuse plus ensemble, on ne marche plus ensemble, on n’exerce plus une activité collective … Séduire, se rapprocher, se toucher, flirter, … ne sont plus des options.

Comment vivre à distance de tout, de toutes et de tous ? Il y a déjà eu des moments ou l’apparition d’une pandémie ou même d’une épidémie imposait un isolement d’un.e malade pour éviter qu’il ou elle ne contamine les autres : la lèpre a été l’un des épisodes les plus noirs et a imposé l’isolement des personnes atteintes dans des camps dédiés à cela. Plus récemment, le sida (VIH) a provoqué un comportement d’évitement à un moment d’affolement et de peur du virus qui, en plus, avait quelque chose d’amoral dans la représentation collective. Mais très vite, on a compris qu’il suffisait du préservatif pour se protéger contre le VIH et ralentir son « déplacement » … et la peur collective est retombée d’un cran. Le problème avec le Covid-19, est qu’on ne voit pas des solutions aussi efficaces à courts termes, à moins d’imaginer des préservatifs géants, à part l’isolement complet non seulement des malades, comme les touchés par la lèpre, mais aussi de toute personne qu’elle soit malade ou non. Tout le monde est contagieux jusqu’à preuve du contraire… Et comment prouver le contraire quand on ne dispose même pas des tests nécessaires ? Et pourquoi il n’y a pas des tests fiables, faciles, accessibles et généralisables ?!!!

Cette dernière question n’est qu’une parmi des dizaines d’autres auxquelles on attend des réponses claires et convaincantes, non pas tant pour incriminer tel ou tel responsable ou gouvernement, mais pour mieux comprendre les raisons de la non-préparation et mieux améliorer les systèmes de protection des populations.

Ce que dévoile le Corona virus

En réalité, covid-19 ne révèle rien de ce qu’on ne savait déjà. Mais cette pandémie a le « mérite » de nous obliger à nous interroger sur nos modes de vie, de production et de consommation, sur notre place dans la nature, parmi les autres vivants, sur la position et le rôle de l’individu par rapport au collectif, au groupe, à la communauté … Il a fallu l’apparition de cette nouvelle pandémie pour qu’on commence à se poser les questions que l’on se pose. Nombreux avaient parlé de suicide collectif pour alerter contre les risques des modèles économiques capitalistes et destructeurs de la nature qui domine. Peu de gens avaient réagi individuellement et collectivement pour demander et imaginer « un autre monde » … Mais sans effets réels sur le fonctionnement du monde. Covid-19 nous rappelle aujourd’hui, et à nos frais, que nous ne pourrons plus continuer à vivre comme avant, que le profit et le bénéfice matériel ne peuvent plus demeurer l’objectif de l’humain, que la nature peut prendre largement son temps, mais elle finit toujours par réagir et par reprendre ses droits.

Mais que nous dit covid-19 sur les défaillances, les injustices et les déstructurations en cours ? Que nous dit covid-19 sur les institutions et leurs rôles, sur nos systèmes de santé, sur nous processus d’exclusions et de marginalisations… ? Plus généralement, covid-19 nous interroge sur notre capacité individuelle, collective et institutionnelle à réagir face à une telle catastrophe.

Malheureusement, la réponse fait peur en ce qu’elle révèle comme niveau d’inégalités, d’injustices et d’irresponsabilités.

1) Une médecine de riches et pour les riches :

Deux niveaux d’analyse s’imposent ici. Le premier concerne le système médical mondial, et le second l’échelle nationale.

a) Le Nord global détient le monopole de l’ensemble de la recherche et de l’Industrie médicale ; ce qui lui assure, à la fois, la rente du monopole (D Harvey) et le profit immédiat des découvertes scientifiques qui lui permettent un contrôle pratiquement exclusif du marché mondial de la santé. Quand on voit comment les Etats européens gèrent les équipements médicaux nécessaires à la gestion de la pandémie covid-19, on comprend pourquoi la majorité des pays du Sud se trouvent comme paralysés face au virus. Dès le début de la pandémie, la France et l’Allemagne se sont accordées pour limiter les exportations d’équipements médicaux, empêchant ainsi d’autres pays de s’en procurer. Parmi ces équipements indispensables, il y a tout ce qui concerne les tests de dépistage du virus, le matériel d’oxygénation, l’équipement dans salles de réanimation … Le problème pour les pays du Sud (à l’exception de quelques-uns dont la Chine, Cuba, l’Inde, le Brésil, la Corée du Sud …), est qu’ils ne disposent ni des compétences, ni des technologies, et encore moins des financements nécessaires pour les produire sur place avec la qualité nécessaire. Ces pays restent sous pression et dans l’incapacité d’agir face à l’agresseur inconnu, en attendant les secours des « amis » du Nord, trop occupés par leurs situations internes pour s’occuper de ce qui se passe ailleurs. Quand les incendies se déclenchent dans plusieurs foyers en même temps, on commence d’abord par protéger la maison et ses habitants.

Toutefois, les pays du Nord, pensant qu’ils étaient « naturellement » protégés par leurs puissances économiques et militaires, furent aussi surpris et vite débordés par la vague covid-19. En quelques jours à peine, l’Italie est devenue le premier foyer mondial du virus, ravissant ainsi la place à la Chine, et la France peine encore à se procurer les masques nécessaires à la protection de ses citoyens, à commencer par le corps médical.

b) A l’échelle nationale tunisienne et ailleurs, covid-19 dévoile une médecine – privilège des classes sociales aisées, y compris quand il existe un système de sécurité sociale plus ou moins performant. Les hôpitaux publics tunisiens, à l’exception notable de quelques-uns situés dans les quartiers et les villes riches et aisés, sont sous équipés, manquent de personnel soignant et de cadres médicaux ; ils n’offrent qu’une prise en charge relativement médiocre avec une discipline budgétaire qui vise la limitation draconienne des dépenses. Généralement, seuls les patients pauvres et sans ressources, et surtout sans « relations » (sans pistons), fréquentent ces établissements, sans grands espoirs de guérison. Les médecins spécialistes qui y travaillent sont, pour un grand nombre d’entre eux, liés par des contrats avec des cliniques privées, ou dirigent leurs propres cliniques et cabinets privés. Certains d’entre eux ne continuent à travailler pour le service public que pour y trouver des patients potentiellement disposés à se déplacer vers le secteur privé où ils ont la promesse d’être mieux et plus rapidement traités, en contrepartie d’un paiement immédiat des frais du traitement, y compris les interventions chirurgicales nécessaires éventuelles, dont une seule partie seulement est remboursée par la sécurité sociale, et de l’hospitalisation jamais, ou très peu, prise en charge.

Ainsi, le patient tunisien est, généralement, confronté à un système de marché médical où la règle est déclinée d’une manière simple : Plus tu peux payer et plus tu as des chances d’être mieux pris en charge et traité dans des conditions correctes. C’est ainsi que, « grâce » à covid-19, on découvre, enfin, qu’il existe beaucoup plus d’équipements de réanimation, indispensables aux malades du corona, dans les cliniques privées que dans les hôpitaux publics. On savait déjà que c’était le cas avec les scanners, les IRM, et les laboratoires d’analyses, mais pas pour les équipements de réanimation, tellement ça paraissait évident qu’il en existe en nombre suffisant dans les structures médicales publiques. Et cela devient d’autant plus évident qu’une épidémie exige une disponibilité immédiate des compétences et des moyens matériels indispensables à la prise en charge en urgence absolue d’un nombre « anormal » de patients.

Par ailleurs, non seulement, il y a le privilège de certaines catégories sociales d’accéder à une meilleure prise en charge dans les cliniques privées, même si l’Etat couvre l’ensemble des soins aux victimes de la pandémie. Mais la carte ci-dessous, montre une autre injustice face au Covid-19 : La totalité des 331 lits de réanimation disponibles en Tunisie est répartie sur 7 gouvernorats littoraux, entre Bizerte et Sfax, et le grand Tunis qui concentre 184 lits sur les 331, soit plus de la moitié… Difficile d’imagine une inégalité socio-spatiale aussi flagrante.


Source : Cette carte a été publiée par Otjm Jeunes Médecins Monastir : https://www.facebook.com/photo.php?fbid=677332049476981&set=a.100710113805847&type=3&theater. En vert, les gouvernorats disposant de lits de réanimation.

C’est à cette urgence que l’infrastructure hospitalière publique, en Tunisie comme dans beaucoup d’autres pays, n’est pas en mesure de répondre ; d’où les risques de débordements si le secteur privé n’est pas réquisitionné et mobilisé contre la pandémie. Je ne suis pas sûr que tout le monde réalise vraiment qu’on en arrive à la situation extrême ou un médecin, face à deux patients, doit décider lequel des deux malades doit mourir pour que l’autre puisse être sauvé. C’est ce qui se passe déjà en Italie et probablement dans bien d’autres pays. C’est ce qui pourrait arriver demain en Tunisie…

Quand la pandémie sera passée, il faudra penser à entreprendre une réforme radicale du secteur de la santé qui doit être réorganisée autour d’un service public solide, compétent et bien « loti » en ressources matérielles et en compétences humaines. Le modèle cubain, en la matière, est certainement le mieux adapté à nos réalités locales d’un pays dépendant et sans beaucoup de ressources. Sans une telle réforme préventive essentielle, les conséquences d’une nouvelle pandémie seraient encore plus catastrophiques que celle qu’on est entrain d’expérimenter actuellement.

2) Le mépris et la stigmatisation sont contreproductifs et ne permettent pas de responsabiliser la population contre la pandémie.

L’absence d’informations précises et détaillées sur l’étendue, la progression et les conséquences enregistrées ou réelles (pas forcément les mêmes) de la pandémie et les discours culpabilisateurs et stigmatisant aggravent fortement la rupture qui existait déjà entre la plus large partie de la population et l’État et ses représentants. Cela se traduit par un manque de confiance, une multiplication des rumeurs et des explications « complotistes » de la pandémie et de ses origines. Ainsi la population rechigne à respecter les règles et les consignes édictées par le gouvernement et ne s’y résigne que pour éviter les sanctions éventuelles. L’indiscipline n’a rien de local et elle est loin d’être une conduite consciente de ses implications. Elle exprime juste l’absence de confiance et traduit le niveau de rupture entre les gouvernants et les gouvernés.

Il y a, derrière cette rupture, une espèce d’enchaînement et de successions de faits et d’éléments, vérifiés ou non, mais qui viennent alimenter les représentations que les gens se font du processus pandémique. De son côté, les gouvernements jouent aux équilibristes, en essayant de trouver un compromis entre la nécessité de limiter et d’enrayer la progression de la pandémie et celle de protéger les intérêts des détenteurs du capital et des pouvoirs financiers internes et externes ; parce que les deux parties n’ont pas les mêmes représentations des risques, les mêmes calendriers et les mêmes exigences que la cohérence est relativement difficile à trouver.

En effet, pour expliquer la nécessité du confinement généralisé et du couvre-feu en temps de paix (en rigueur en Tunisie entre 6 h du soir et 6 h du matin), les autorités avancent les risques du débordement des capacités hospitalières et l’impossibilité d’hospitaliser un trop grand nombre de patients en même temps. C’est cohérent, pertinent, voire évident ; mais cette explication manque de dimension humaine protectrice et, du coup, elle devient inaudible. En face, la population semble demander pourquoi le gouvernement n’augmente pas les capacités d’accueil et de prise en charge, quitte à profiter des équipements des cliniques privées. C’est donc un problème de confiance mutuelle inexistante entre l’État et le peuple ; et ceci remonte à très loin. Un manque de confiance qui s’aggrave, d’une part, par l’amateurisme dont fait preuve la nouvelle classe politique qui dirige le pays depuis 2011 et, d’autre part, par la panique qui s’installe dans le pays.

Quand le président, démocratiquement élu avec un score électoral très élevé, s’adresse aux plus exposés aux risques de la pandémie en arabe classique, une langue incomprise par la plus large majorité d’entre eux, il contribue incontestablement à élargir et consolider la rupture entre la population et l’État. Quand on veut calmer, rassurer, responsabiliser et orienter, ou influencer, on parle la langue que les concernés comprennent, sans efforts particuliers. Autrement, la langue peut constituer une barrière infranchissable pour la majorité. Mais c’est peut être ce qui est inconsciemment recherché.

En guise de conclusion : Pour un nouveau deal vert agraire tunisien

Cela fait des années qu’on observe des évènements « naturels » extraordinaires se succéder avec des fréquences de plus en plus rapides, et toutes ou presque en relations étroites avec les processus globaux de dérèglements climatiques : inondations destructrices, sécheresses, tempêtes, épidémies grippales, … et, à présent, le corona virus. A chaque événement de cet ordre, on trouve un lien direct avec le capitalisme dominant et les processus d’accumulation.

La pandémie actuelle a eu un effet d’autant plus « explosif » qu’elle se répand partout dans le monde, en un temps record. Elle prend ainsi une ampleur sans précédent et c’est, probablement, la première fois dans l’histoire récente qu’une pandémie n’épargne aucune population dans le monde, même si c’est à des degrés incomparables, et produit une panique mondiale dont les conséquences sont probablement plus graves que l’impact du virus sur la santé physique des personnes.

La grande mobilité favorisée par le développement extraordinaire des transports facilite le déplacement rapide du virus et l’élargissement de la pandémie. En même temps, la densification extraordinaire d’internet et la multiplication des réseaux sociaux participent au développement et à l’amplification de la psychose et des rumeurs qui entourent la pandémie. L’accumulation des deux processus est incontestablement à la base de la panique généralisée qui semble animer les comportements individuels et collectifs.

Cette panique doit donc être comprise, gérée au mieux possible et prise en considération dans chaque discours ou recommandations liés à la gestion de la crise actuelle. Mais quand la pandémie sera passée, comme il faut l’espérer, il faudra pousser, avec davantage de forces qu’auparavant, vers des politiques radicales qui remettent en question les modèles de développement dominants. Maintenant que la nature vient de rappeler à chacun sa force de résilience et sa capacité à réagir de manière extrêmement violente pour rétablir les équilibres indispensables, il serait totalement suicidaire de croire un seul instant qu’on peut tout reprendre comme avant, comme si la pandémie actuelle n’était qu’une malheureuse catastrophe naturelle tel qu’un tremblement de terre ou un tsunami. Ce serait profondément criminel de tout recommencer comme si rien d’extrêmement grave ne s’était passé.

Le système capitaliste, qui essaie actuellement de réduire les dégâts, tentera forcément de tout reprendre, en intégrant les « pertes » actuelles dans les coûts accidentels, et de relancer les processus d’accumulation. C’est ce qu’il faudra l’empêcher de faire en s’appuyant sur l’exemple du covid-19 pour convaincre et mobiliser largement pour la mise en place d’un nouveau mode de développement, autour d’un nouveau deal vert radical, social, écologiste et féministe. Covid-19 est une alerte retentissante ; ne la laissons pas s’éteindre sans agir. Ça serait comme continuer à regarder tranquillement la télé, alors que la maison brûle.

La disparition de l’abeille n’avait pas réussi à mobiliser suffisamment de monde pour empêcher le suicide collectif ; l’apparition du nouveau corona virus, cet ennemi inconnu et invisible, devrait imposer un changement total de nos modes de vie et d’action avec, et non contre, la nature. En deux ou trois mois, un « simple » virus est entrain de créer l’une des plus grosses crises que le capitalisme a connues et le menace désormais dans ses fondations. Des milliers de milliards de dollars sont mobilisés par tous les États du monde pour sauver le système capitaliste dominant. Mais ils ne pourront le faire que si, demain, tout le monde aura oublié.

S’abonner à notre newsletter

Dernières nouveautés de notre blog